Avertir le modérateur

11/02/2010

Laurent Lévy, les « Noirs » et les « Arabes » : défaite d'un polémiste

Laurent Lévy publie, aux éditions La Fabrique, "La gauche", les Noirs et les Arabes . La quatrième de couverture proclame qu'il « montre combien de racisme, quelle haine de l'islam sont dissimulés » derrière les discours de gauche. La Brèche l'a lu.

Retour sur une polémique : Laurent Lévy et ses filles

couv_2205.jpgDisons-le immédiatement, le titre de ce bref opuscule est trompeur, sinon mensonger. Car de ce livre ne parle pas vraiment de la gauche — terme que l'auteur ne peut employer sans guillemets, comme si ce concept ne recouvrait aucune réalité — mais plutôt de l'extrême gauche, essentiellement le Parti communiste français et la Ligue communiste révolutionnaire (devenue NPA). Il ne parle pas non plus des noirs et des arabes, mais des musulmans — mais cet amalgame n'y est pas le seul. En fait, Laurent Lévy publie sous ce titre un essai polémique centré sur la question du voile islamique et le débat sur la loi sur la laïcité de 2004, publié de façon opportune, sinon opportuniste, alors que la polémique sur le voile intégral fait rage.

Puisque Laurent Lévy le rappelle dès les premières pages, précisons que, outre son passé d'avocat qui l'a amené notamment à défendre le MRAP, il s'était retrouvé au centre des controverses concernant ses deux filles, Lila et Alma Lévy, dont les déclarations avaient déchaîné les fureurs fin 2003, avant qu'un livre ne vienne préciser leurs positions1. Jetées en pâture à la presse écrite et aux caméras de télévision, les deux jeunes filles avaient à l'occasion déclaré que l'amour est « grotesque », que la lapidation était pour la femme un droit qu'on ne saurait lui refuser, ou encore que les homosexuels de leur lycée devaient être sanctionnés pour leurs actes. Or, si ses filles se sont depuis retirées de la vie publique — elles sont mariées et vivent à l'étranger — leur père est bien décidé à entretenir cette notoriété par ce nouvel ouvrage.

Face à l'amalgame, encore plus d'amalgame

Déjà auteur du Spectre du communautarisme en 2005, Laurent Lévy tente, dans "La gauche"... de démontrer comment le débat sur le voile aurait révélé une « fracture » au sein de tous les courants de la gauche, fracture qui révélerait deux attitudes opposées quant à la question « indigène », l'auteur faisant là référence à l'appel des « Indigènes de la République » de 2005. Le premier problème, à ce sujet, demeure que la question de l'islam est quelque peu réductrice lorsqu'on prétend éclairer la question des « indigènes » ou « des Noirs et des Arabes », c'est à dire des minorités que certains estiment suffisamment homogènes pour être reconnues en tant que telles.

Le second problème, c'est qu'en mauvais avocat, Laurent Lévy oppose sans nuance deux camps qu'il présente comme assez parfaitement cohérents. D'un côté l'islam, de l'autre les islamophobes. D'un côté la liberté, de l'autre les antivoile. Dénonçant l'amalgame fréquent de certaines personnalités publiques mélangeant islam et islamisme, M. Lévy n'échappe donc pas à ce même défaut. Plus inquiétant, il reprend volontiers la terminologie caricaturale utilisée à cette occasion, après l'avoir parfois critiquée, et l'utilise sans recul en les entourant de guillemets comme pour s'en excuser. Aussi M. Lévy parle-t-il des « islamogauchistes », parmi lesquels il se compte lui-même, et ne passe pas loin de reprendre à son compte l'amalgame « musulmans = terroristes »2.

Face au camp des défenseurs de l'islam, se trouvent donc les opposants au voile : le « parti prohibitionniste », M. Lévy n'usant cette fois pas des guillemets. L'argumentaire de M. Lévy se montre toutefois d'une faiblesse insigne. Considérant successivement les trois arguments principaux qu'il retient contre le port du voile à l'école — la laïcité, le féminisme et la dénonciation de l'islamisme — Laurent Lévy pense les contredire efficacement. D'abord en indiquant que certaines associations laïques et certains féministes se sont opposés à la loi de 2004, sans préciser d'ailleurs les raisons précises de tels positionnements — rappelons en effet que s'opposer à cette loi votée au terme d'un débat caricatural et dans un contexte de stigmatisation ne signifie pas forcément défendre le port du voile ou d'autres signes religieux dans les établissements scolaires. Puis, il tente de démontrer que les opposants de l'islamisme sont en réalité à peu près tous des ennemis de l'islam dans son ensemble. Ce qui, là encore, en dit parfois long sur les propres conceptions de l'auteur quant à la religion musulmane.

Ce que pense vraiment Laurent Lévy

pic1.jpgDans l'ensemble, les excès souvent réels de certains opposants au port du voile ne sont critiqués eux-mêmes qu'avec excès, et des propos inacceptables. Lorsque Laurent Lévy rappelle la critique du hijab en tant que soumission au désir de l'homme, ou en tant que marqueur sexuel, c'est pour retourner d'une façon très étonnante le raisonnement : « le point n'est pas inexact, mais de tels marqueurs sont nombreux dans des usages qui ne sont que rarement remis en cause, a fortiori réprimés ou condamnés, et on a pu entendre ce reproche dans la bouche de femmes qui n'hésitent pas à porter du rouge à lèvres ni à chausser des talons hauts »3.

Quant aux discours laïques, il faut reconnaître à Laurent Lévy qu'il soulève une question intéressante, lorsqu'il signale le caractère récent et fragile d'une conception un peu trop simple et de plus en vogue qui ne voit dans la laïcité qu'une distinction entre domaine privé et domaine public. En revanche, cela n'invalide pas pour autant cette redéfinition actuelle, que décrit par exemple Marcel Gauchet, qui relève d'ailleurs la tension qui se révèle à cette occasion entre la politique et une société civile sacralisée, dont Laurent Lévy est un exemple extrême4. Ce que M. Lévy oublie, en réalité, c'est le caractère national de l'Éducation nationale, qui n'est pas seulement « instruction publique » mais porte un contenu déterminé, historiquement, idéologiquement et du point de vue des mœurs5.

Quant à ses arguments théoriques, Laurent Lévy recycle la vieille critique réactionnaire des valeurs républicaines et révolutionnaires, celle d'Edmund Burke, Joseph de Maistre ou Louis de Bonald (qu'il ne cite pas), une tendance qu'il partage avec les Indigènes de la République auquel il se réfère longuement. L'universalisme républicain serait ainsi abstrait, porteur de concepts uniquement formels, en particulier l'égalité. M. Lévy ne s'arrête toutefois pas là, et, par citation interposée, n'hésite pas à évoquer dans la laïcité un concept chrétien, ne pouvant en aucun cas s'appliquer à l'islam et ayant pour conséquence principale qu'il n'y aurait pas d'islam laïque possible6.

Un sujet bâclé

Mais, de façon générale, c'est la pauvreté des raisonnements de Laurent Lévy qui laisse désemparé. Ainsi de l'exercice auquel il se livre lorsqu'il reprend un texte de Georges Marchais pour prouver ce que celui-ci pensait, sans que l'on sache exactement si l'on doit comprendre qu'il était xénophobe, raciste, islamophobe ou autre chose encore. De ce jeu ne voici qu'un extrait :

« Georges Marchais […] écrivait ainsi en 1975 : « Les quatre millions d'immigrés qui travaillent ou vivent aujourd'hui en France sont des ouvriers avec leur famille (sic), qui constituent une part importante de la classe ouvrière dans notre pays. » Et non de notre pays. « Ils sont des travailleurs étrangers auxquels il est normal que le parti de la classe ouvrière française [et non de France – LL] affirme dans les faits sa solidarité active, dans l'esprit de l'internationalisme prolétarien [et non de la solidarité de classe – LL]. Pour ces raisons, le parti communiste français n'a jamais cessé d'être aux côtés des travailleurs immigrés... » Et non de les considérer comme étant ici chez eux. »7

besson_et_hollande_reference.jpgPlus globalement, Laurent Lévy témoigne d'une incapacité totale à concevoir que l'on ait pu être opposé à la loi de 2004 et au débat malsain qui l'accompagna, et au port du voile en milieu scolaire, ou encore que l'on puisse être critique envers le port d'un voile ou d'autre aspects de la religion musulmane sans être pour autant raciste.

Surtout, le sujet vendu sur la couverture de cette tentative est bâclé, et on se demande ce qui a amené son éditeur (La Fabrique, habituellement plutôt sélective) à lui offrir le privilège d'être imprimé. D'ailleurs, ce ratage, comment ne pas le déplorer ? Car il y en aurait long à dire sur le racisme latent (et parfois déclaré) dans de nombreuses sections du parti socialiste, sur les responsabilités de municipalités — communistes, notamment, en banlieue parisienne — dans la dégradation progressive de quartiers populaires et leur transformation en ghettos ethnicisés, sur la capitulation des élus devant la montée d'un islam politique radical dressé contre la société, sur les atteintes à la loi de 1905, à la neutralité du service public et au non-financement public des cultes, dans les grandes villes de gauche aujourd'hui (Paris, Lille, Lyon, Nantes). Et plus généralement sur la capitulation de la gauche, depuis trente ans, sous le consensus assimilationniste et l'idéologie de la sacro-sainte « intégration ». On le dit trop peu : Éric Besson vient du PS et son destin n'est pas un épiphénomène. Pourtant, la médiocrité de Laurent Lévy le ferait presque oublier.

Laurent Lévy, "La gauche", les Noirs et les Arabes , Paris, La Fabrique éditions, janvier 2010.

 

Notes :
(1) Des filles comme les autres. Alma et Lila Lévy. Entretiens avec Véronique Giraud et Yves Sintomer, Paris, La Découverte, 2004.
(2) À propos du 11 septembre, M. Lévy précise (page 51, note 2) : « Date à laquelle, comme chacun sait, « les musulmans » ont fait exploser des avions de ligne sur les tours jumelles ». Le caractère à la fois à la fois infondé et inutile de cette phrase phrase, et son refoulement en bas de page, semble paradoxalement indiquer son extrême importance pour l'auteur, qui paraît faire des terroristes de dignes représentants des musulmans..
(3) p. 45.
(4) Marcel Gauchet, La religion dans la démocratie, Paris, Gallimard, 1998, « Public et privé », p. 97-101.
(5) Citons ce passage du mythique Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson en 1911, à l'entrée « discipline » : « Jamais donc l'enfant de notre école [...] ne parle à quelqu'un la tête couverte ».
(6) p. 56 n.1.
(7) p. 91.

Crédits iconographiques: 1. © 2010 La Fabrique ; 2. Laurent Lévy et ses filles, DR ; 3. © SIPA.

09:29 Publié dans Vie de l'esprit | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : laurent levy, islam, voile islamique, livres |

Commentaires

C'est triste quand le racisme opère dans les deux sens.

Écrit par : Tony | 11/02/2010

Je n'ai pas lu ses livres et je ne lirai pas celui-là. Ce que je sais c'est que ce Monsieur à choisi un camp qui relève d'une autre culture que celle de la Civilisation occidentale. Lui accorde t'il plus d'importance qu'à celle-ci, cela semble l'être. Ce que je sais c'est qu'aprés avoir combattu Rome, puis Moscou, il nous faut maintenant combattre La Mecque. Notre République démocratique et laïque n'est pas compatible et encore moins fongible avec une loi relevant d'une puissance religieuse. Le Roi rendait la Justice au nom de Dieu, nous ne pourrons y revenir. La justice des hommes ne peut être rendu qu'au nom du Peuple. Ce Peuple qui a choisi démocratiquement ses lois temporelles. Pour l'intemporel la reflexion relève de la spiritulaité privée et individuelle et en aucun cas ne peut être imposée à TOUS.

Écrit par : Duchnock | 24/03/2010

Bonjour, j'ai lu le livre dont vous parlez si mal et je l'ai extrêmement apprécié. Il m'a éclairé sur les débats internes de la ligue, du PC et des verts à l'époque du foulard. Je suis moi-même enseignante et grâce à ce livre je commence enfin à saisir tous les tenants de ce débats. Autant , j'ai été abreuvée du discours "antivoile" autant , j'ai n'ai pas eu accès au "provoile". Je remercie Laurent Levy de m'avoir éclairé.

Écrit par : malika | 29/06/2010

On voit bien a travers ce bouquin ce ce personnage dont une de ses filles avait répondu à la question "n'est pas dur de porter le nom de Levy" que "c'était un avantage quand on va chez son banquier" entrenant ainsi les vieux fanstasme crasseux de l'antismistime qu'il n'a qu'un but tirer sur la ficelle commerciale tant qu'il peut alors le début sur voile à l'école est définitivement clos.

Ce qui est aussi cocasse, c'est cette posture qui constite a faire croire que les arabes et les noirs ont toujours été de grands alliés. Il suffit d'aller dans les pays arabo musulmans pour voir comment son traité les "khel" (dixit les nègres) qui pendant longtemps étaient les esclaves des arabes et que ce fut l'arabi saoudite qui fut parmi les dernier pays à abolir l'esclavage des noirs....

Ce tristre personnage qui se targe d'etre athé mais dont les filles ont totalement dévié l'extrémisme musulman car totalement dominés idéologiquement et physiquement dans les quartiers ou elles ont vécues me fait plus pitié qu'autre chose.

Écrit par : lewnes | 26/12/2010

Que Dieu les protèges,amine.

Écrit par : Juif converti | 19/03/2011

Je partage ce que dit Lewnes. Laurent Levy est à fonds derrière les P.I.R ce micro-parti politique qui défile avec des antisémites du Hamas et du Hezbollah et qui est cautionné par une partie du NPA, le patron du Mrap et certains Verts qui considèrent aussi Tariq Ramadan comme un modéré alors que ce dernier sous couvert d'un discours de séducteur est un véritable intégriste réactionnaire et dangereux. Il n'est pas classé à l'extrême droite certes, pour ma part, je le classerai plutôt à l'extrême gauche qui entretien des liens implicites avec l'extrême droite antisémite de Soral et Dieudonné à l'instar de Laurent Levy, Houria Bouteldja et autres fameux indigènes de la république dont le discours est sectaire et intégriste bien qu'ils aient une certaine légitimité sur le massacre de Setif en 1945 par exemple. Mais la gauche ne doit pas se laisser impressionner par cette minorité d'islamo-gauchistes qui n'ont rien à envier aux catholiques intégristes quelque part.

Écrit par : Aurel | 31/03/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu