Avertir le modérateur

24/10/2011

Shakespeare intergalactique

Actualité du théâtre engagé (4)

arton1302-2e0b0[1].jpg

Alors que la troupe d’Ariane Mnouchkine fait actuellement le tour du monde avec ses Naufragés du Fol Espoir, le Théâtre du Soleil accueille jusqu’au 13 novembre prochain l’Artistique Théâtre et son Shakespeare pour une Tempête de Shakespeare mise en scène par Lucile Cocito.

Généralement considérée comme la dernière pièce de Shakespeare, La Tempête, conte l’histoire d’une trahison et de sa réparation. Prospero, duc de Milan, a vu son pouvoir confisqué par son frère Antonio qui a fait alliance avec le roi de Naples, Alonso, ennemi mortel du duché de Milan. Exilé, seul sur une île mystérieuse avec sa fille Miranda, Prospero voit la Providence lui offrir les moyens de sa vengeance : le navire du roi Alonso accompagné de sa suite (notamment Antonio) croise au large de l’île et Prospero par ses pouvoirs magiques déchaîne les éléments contre l’esquif qui échoue avec ses occupants. Alors commence sur l’île pour Prospero et les esprits qui la peuplent un jeu  destiné à remettre en ordre ce qui a été troublé tant d’années auparavant et à défaire les complots qui se trament à l’insu du roi Alonso. Sur un ton mêlant gravité et comédie, Shakespeare donne une leçon de magnanimité : Prospero en prince vertueux refuse la pure vengeance et préfère la justice.


Lucile Cocito, vidéaste travaillant sur les versions filmées des pièces du Théâtre du Soleil, met la vidéo au cœur de sa pièce pour assurer des paris courageux  comme la suppression du premier acte remplacé par un tourbillon de nuages accompagné d’une musique aux accents wagnériens (une Tempête sans tempête, il fallait oser…), ou pour figurer les combats magiques entre les protagonistes. C’est l’ensemble de cette production qui est transposée dans un cadre futuriste qui n’est pas rapport avec une certaine tradition cinématographique de science-fiction, évoquant tour à tour Star Wars, Star Trek, Stargate ou plus récemment Avatar. Le vaisseau devient spatial, les villes de Milan et de Naples deviennent des galaxies du nom de Mediolanium et Parthénope qui ne sont autres que les noms antiques des deux villes.

En revanche, d’autres partis pris désarçonnent les spectateurs. D’abord, le personnage de devient Prospera incarnée par le metteur en scène, Lucile Cocito, elle-même. Le fait que la production ait été inaugurée il y a quelques mois avec un homme de Prospero renforce cette surprise d’autant que l’on ne saisit pas exactement ce que la transposition du rapport père-fille à mère-fille apporte de neuf comme regard sur le texte de Shakespeare. Cocito-Prospera se montre d’ailleurs hésitante dans son incarnation, jusque dans la diction. Par ailleurs, si les choix futuristes ne manquent pas de cohérence et ne sonnent pas forcément faux, on remarque d’autres flottements qui laissent entrevoir des faiblesses dans la direction de comédiens par ailleurs méritants, parmi lesquels on remarque particulièrement Patrice Zonta, dont le Gonzalo a la bienveillance d’un jedi, ou encore Jochen Haegele et son Caliban aux allures de Gollum.

play_1427_thumbv_la-tempete[1].jpg

La Tempête par l’Artistique Théâtre au Théâtre du Soleil
de William Shakespeare | mise en scène, adaptation et scénographie : Lucile Cocito assistée de Mélanie Zerka
Représentations jusqu'au 13 novembre 2011 (relâche le dimanche 30 octobre et le vendredi 4 novembre)
> du mardi au samedi (20h)
> le dimanche (15h)
Informations utiles sur le site du Théâtre du Soleil
Réservations au 01 43 74 24 08 du lundi au samedi de 11h à 18h

À venir au Théâtre du Soleil

Sihanouk-001_image_article_detaille[1].jpgDeux spectacles-événements se joueront prochainement sur les planches du Théâtre du Soleil. Le Théâtre Aftaab de Kaboul présentera Sophocle/Oedipe, Tyran d'après Hölderlin, de Heiner Müller en persan surtitré français. Ce spectacle créé en juin dernier et très bien accueilli au festival d'Avignon sera représenté du 15 au 27 novembre prochains.

Par ailleurs, la première époque de L'Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge de Hélène Cixous créé en 1985 par Ariane Mnouchkine est reprise par de jeunes artistes khmers de l'école cambodgienne Phare Ponleu Selpak dans une mise en scène de Georges Bigot et Delphine Cottu. Cet aboutissement de quatre années de travail sera d'abord créé au théâtre des Célestins à Lyon (du 26 au 28 octobre) avant d'être présenté au Théâtre du Soleil (du 23 novembre au 4 décembre).

Les réservations sont ouvertes pour ces deux spectacles au 01 43 74 24 08 du lundi au samedi de 11h à 18h.

 

Crédits iconographiques : 1 & 2. © 2011 Artistique Théâtre | 3. L'Histoire terrible... par les comédiens de Phare Ponleu Selpak © 2011 Everest Canto de Montserrat.

08:08 Publié dans Vie des formes | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : théâtre, shakespeare, lucile cocito |

Commentaires

Je n'ai pas vraiment apprécié cette pièce c'est assez spécial mais d'autres peuvent aimer.

Écrit par : lilia | 25/10/2011

c un divertissement avec gadgets

Écrit par : marv | 06/11/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu