Avertir le modérateur

07/10/2011

Prix Nobel de la paix 2011 : coup de maître du jury norvégien

Les trois lauréates du prix Nobel de la paix annoncées aujourd'hui permettent au comité Nobel de réussir un bel exercice d'agilité politique, en récompensant les mouvements arabes sans prendre position dans leurs aspects les plus incertains, et en défendant la place des femmes dans le processus démocratique, tout en honorant les réalisations de trois personnalités exceptionnelles.

Échapper à l'actualité

08nobel2-span-articleLarge-v3[1].jpg

Le prix Nobel offre, certaines années, une sélection exceptionnelle. C'était le cas en 2010, lorsque les différents jurys du prix avaient fait preuve d'une conscience politique remarquable (voir notre article sur le sujet). Pour 2011, les choses sont revenues à la normale avec une sélection tout aussi éminente mais certes moins polémique. En médecine, au pionnier de la fécondation in vitro Robert G. Edwards, succèdent trois chercheurs sur le système immunitaire. En littérature, le prix revient à Tomas Tranströmer, poète suédois, loin de la violence engagée de Mario Vargas Llosa. Pour l'économie, il faudra encore attendre le lundi 10 octobre.

Pour le prix de la paix, le prix pouvait pourtant prétendre à une portée aussi forte qu'en 2010. Récompenser Lu Xiaobo, opposant au régime chinois, toujours emprisonné malgré un état de santé fortement dégradé par une hépatite, était un acte courageux, face à la première dictature du monde, et malgré les menaces ouvertes de représailles de la part de la République populaire. Un an plus tard, hormis la médiatisation passagère, rien n'a changé pour Lu Xiaobo, aujourd'hui seul lauréat du prestigieux prix à vivre en état de captivité, depuis la libération d'Aung San Suu Kyi en novembre 2010. En revanche, le monde, lui, a changé, en particulier le monde arabe bouleversé par les révoltes et révolutions encore en cours.

Pourtant le Parlement norvégien a choisi de récompenser trois femmes, deux Libériennes (Ellen Johnson Sirleaf et Leymah Gbowee) et une Yéménite (Tawakkul Karman), et d'ignorer les appels à récompenser la rue arabe dans son ensemble, les manifestants et blogueurs tunisiens ou égyptiens, ou même à prendre position dans la situation syrienne. Ceci aurait non seulement risqué de paraître dérisoire face à l'ampleur de la tâche entamée par ces peuples en lutte, et aux terribles souffrances endurées aujourd'hui encore (Yémen, Syrie), mais, de plus, récompenser trop ouvertement tel ou tel représentant des peuples arabes en lutte aurait aussi été se prononcer sur la réussite de processus révolutionnaires qui, pour être déjà parvenus à de grands succès, n'en sont pas moins toujours en cours, et peut-être même en train d'être étouffés en certains lieux cruciaux (Yémen, Syrie). Pour 2011, une fois n'est pas coutume, le prix Nobel de la paix devait trouver une façon d'échapper à l'actualité sans l'éclipser, et de rappeler la permanence des combats que ce prix honore, et l'importance du long terme dans le combat pour la paix et la démocratie.

Lire la suite

16:42 Publié dans Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (0) |

26/09/2011

Comment Internet change(ra) l'Afrique

tunisie.jpgLe sujet avait fasciné les médias occidentaux à l'occasion des mouvements d'Afrique du nord de l'hiver 2010-2011. Puis, l'engouement pour l'idée d'une révolution globale menée depuis les écrans d'ordinateur s'est apaisé. Pourtant, plus que jamais, les enjeux liés à Internet en Afrique sont élevés en ce moment, du fait des progrès spectaculaires du réseau mondial sur le continent africain, mais aussi parce que la politique africaine se saisit aujourd'hui réellement d'Internet.

L’Afrique des Révolutions 2.0

Déjà en Iran, lors des protestations qui ont suivi les élections présidentielles de 2009, Internet avait joué un rôle majeur, à tel point qu’on a parfois parlé d’une « Révolution Twitter ». Si la force de la mobilisation sur Internet avait à l’époque étonné les observateurs et désarçonné passagèrement le pouvoir, le fait même n’avait rien de surprenant. L’Iran est en effet un pays très développé du point de vue de l’équipement informatique et de son usage, près de la moitié de la population y utilise aujourd’hui Internet (soit un taux de pénétration de 46,9 % pour une moyenne mondiale de 30,2 %), ce qui représente plus de 33 millions d’Iraniens. Le nombre de blogs iraniens fait depuis déjà des années beaucoup parler, et avait incité dès 2006 le président Ahmadinejad à créer son propre blog.

Lire la suite

09:23 Publié dans Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : cameroun, afrique, internet, tunisie, égypte |

08/08/2011

Obama : la grande désillusion

obama,etats-unisÀ un an désormais des présidentielles américaines, Obama n'en finit pas de décevoir les Américains qui ont voté pour lui. Plus encore, empêtré dans une stratégie bipartisane qui ne sert que les Républicains, il se met les Démocrates à dos. Sans un sérieux retournement de situation, Obama se dirige vers une terrible débâcle électorale en 2012.

2009 : premiers avertissements

Les premiers mois de la présidence Obama, après son investiture du 20 janvier 2009, étaient très attendus. Car au-delà du message d’espoir de la campagne historique du candidat Obama, les États-Unis attendaient concrètement beaucoup d’un président qui avait tout fait, depuis ses premiers pas de candidat aux primaires démocrates, pour se présenter comme l’exact opposé de son prédécesseur George W. Bush.

Or, face à la situation catastrophique de la crise de l’automne 2008, Obama avait avant tout promis de relancer l’économie américaine en récession et d'éviter qu’une telle débâcle se reproduise. Le plan de relance américain fut donc, logiquement, l’une des premières lois promulguées sous le mandat Obama, le 17 février 2009. Vu de France, où le plan de relance fut pour ainsi dire inexistant, les 787 Md$ de l’American Recovery and Reinvestment Act (566 Md€) peuvent passer pour un effort gigantesque. On était pourtant loin du New Deal de Roosevelt, auquel Obama s’était ouvertement référé pendant la campagne. Malgré des investissements répartis entre des travaux d’infrastructures, des programmes consacrés à l’éducation, la santé et l’environnement, des baisses d’impôts et des augmentations des aides sociales et des allocations chômage, les avis exprimés par les économistes les plus réputés comme les prix Nobel Joseph Stiglitz et Paul Krugman furent assez sévères. En résumé, si l’ARRA limitait les dégâts (la majorité des économistes sérieux s’accordent sur le fait que l’économie américaine se serait bien plus mal portée sans plan de relance), il était toutefois insuffisant pour remettre les États-Unis sur le chemin de la croissance.

Lire la suite

11:53 Publié dans Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : barack obama, etats-unis |

18/07/2011

2010-2012 : Des années de ruptures en Afrique subsaharienne ?

carte Afrique.jpgParallèlement aux printemps arabes, l'Afrique subsaharienne, elle, voit se suivre des élections présidentielles, dans de nombreux pays depuis la fin 2010. Ces élections peuvent-elles, comme les révolutions en Tunisie ou en Égypte, changer le cours de l'histoire et amener des régimes politiques à changer ? Le nouveau contexte né de ces événements incitera-t-il les nouveaux élus à infléchir leurs choix ? Au Sénégal et au Cameroun, deux situations pré-électorales distinctes se révèlent instructives, et montrent pour le premier une forte pression politique interne, et pour l’autre une pression principalement externe.

Le Sénégal dit : « Y’en a marre ! »

« Y’en a marre! » : ces mots scandés par les Sénégalais lors de manifestations contre la politique de leur président, Abdoulaye Wade, témoignent de leur exaspération. Les manifestants dénoncent des inégalités croissantes et la dégradation de leurs conditions de vie (délestages* incessants, coût élevé des denrées de première nécessité, chômage des jeunes diplômés). Depuis la manifestation du 23 juin 2011, autorisée par le pouvoir en place, le pays est en proie aux troubles.

Les événements ont commencé lorsque le président sénégalais, Abdoulaye Wade, a émis le souhait de modifier la Constitution, plus précisement la procédure électorale. Cette modification prévoyait que seulement 25% des voix suffisaient à l’élection du Président de la République au premier tour, et créait un ticket Président/Vice-président, à l'américaine, le Vice-président remplaçant le Président en cas de décès ou de démission. La réforme aurait surtout facilité la réélection de Wade pour un troisième mandat, et créé les conditions politiques favorables à ce que son fils, Karim Wade, lui succède. Face à la détermination des manifestants Abdoulaye Wade a abandonné ce projet. Toutefois, cette décision n’a pas apaisé les tensions car la convergence des revendications sociales et politiques durcit le mouvement.

Lire la suite

09:30 Publié dans Politique internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cameroun, sénégal, wade, biya, afrique |

13/10/2010

Nobels 2010 : une cuvée résolument politique

La semaine dernière était celle des prix Nobel. Et, pour ceux qui avaient été déçu par les récompenses de 2009, par le prix trop consensuel décerné à Barack Obama, ou par la faible notoriété de Herta Müller (pourtant très recommandable), l'année 2010 a réservé des surprises, en initiant polémique sur polémique.

Médecine : Robert G. Edwards réveille l’anti-scientisme catholique

edwards.jpgIl devait s’agir d’un prix incontestable. Robert G. Edwards, pionnier de la médecine reproductive, premier scientifique à avoir réussi, en 1978 avec l’aide du chirurgien Patrick Steptoe (mort en 1988), une reproduction par fécondation in vitro et transfert embryonnaire, est l’auteur d’une avancée incontestable dans le domaine médical. Qu’on en juge : depuis ce premier « bébé-éprouvette », la Britannique Louise Brown, quatre millions d’enfants sont ainsi nés de couples condamnés sans de telles avancées à la stérilité.

C’était sans compter sur le Vatican, qui a vigoureusement protesté contre ce prix par la voix du président de l'Académie pontificale pour la vie, Ignacio Carrasco de Paula, chargé des questions éthiques. Ce dernier emploie en effet un raisonnement imparable : « Sans Robert Edwards, il n'y aurait pas un marché où sont vendus des millions d'ovocytes [et] il n'y aurait pas dans le monde un tel nombre de congélateurs remplis d'embryons. » En rendant un scientifique seul responsable de la portée de sa découverte (et non, par exemple, les dirigeants politiques chargés d’encadrer toute pratique, ce qui explique par exemple les différences de législations nationales sur la question de la conservation des embryons ou sur celle des mères porteuses), M. Carrasco de Paula renoue avec les méthodes employées en d’autres temps contre les théories de Copernic et ses défenseurs, comme Giordano Bruno ou Galilée. Si l’Église catholique de France s’est fait remarquer par une plus grande discrétion sur le sujet, les protestations parfois violentes vont bon train sur les sites internet et sur les blogs. Une polémique qui vient rappeler la régression du Vatican sur les questions scientifiques, depuis la timide ouverture entamée par Jean-Paul II, reconnaissant en 1996 que la théorie de l’évolution est « plus qu’une hypothèse », jusqu’aux prises de position de Benoît XVI défendant en 2007 « l'option de la priorité de la raison créatrice au début de tout et principe de tout », et contredisant en particulier la théorie de la sélection naturelle de Darwin.

Littérature : Mario Vargas Llosa, inévitable

vargas_llosa.jpgSes supporters n’y croyaient plus. Chaque année placé parmi les favoris, Vargas Llosa semblait condamné à ce que le Nobel lui échappe, de même que d’autres écrivains souvent évoqués sans succès (Philip Roth, Amos Oz, Claudio Magris). Pourtant la récompense lui est finalement revenue cette année, « pour sa cartographie des structures de pouvoir, et ses images mordantes de la résistance, de la révolte et de la défaite de l’individu ». Une récompense qui paraît avant tout adressée aux travaux de jeunesse de Vargas Llosa, en particulier à ses trois premiers romans magistraux sur son Pérou natal, qui évoquent largement le fonctionnement politique et social de ce pays, et situent des destins individuels dans ce cadre difficile : La ville et les chiens (1963), histoire de violence et de corruption dans un collège militaire de Lima ; La maison verte (1965) qui voit graviter différents personnages autour d’un bordel, dans un récit doublé d’une analyse des pouvoirs locaux et des relations entre chrétiens et indiens ; Conversation à La Cathédrale (1969), description sombre et désespérée de la dictature de Manuel Odría dans les années 1950. La suite de la carrière d’écrivain de Mario Vargas Llosa fut tournée vers une littérature plus divertissante, à quelques exceptions près, en particulier deux œuvres majeures : La guerre de la fin du monde (1981), roman historique sur la guerre de Canudos, en 1897, entre des colons du Nordeste brésilien et la jeune République indépendante ; et La fête au bouc (2000), qui conte les derniers jours de la dictature de Trujillo en République dominicaine.

Mais avec les ans, la figure de Mario Vargas Llosa est devenue aussi politique que son œuvre romanesque. Car Vargas Llosa, marxiste convaincu dans les années 1960, comme en témoignent ses trois premiers romans, fut aussi l’un des premiers à revenir du castrisme dans les années 1970, et à devenir un opposant constant des régimes autoritaires se réclamant de la gauche, comme aujourd’hui celui d’Hugo Chávez  au Vénézuela. Dans les années 1980, Vargas Llosa se rapproche du néolibéralisme de l’école de Chicago, et se présente aux présidentielles péruviennes de 1990. Son programme, inspiré du « consensus de Washington » qui a alors cours en Amérique latine (austérité, libéralisation des marchés, privatisations), effraie les couches populaires qui permettent l’élection d’Alberto Fujimori face à l'écrivain au deuxième tour.  Depuis lors, Vargas Llosa vit essentiellement à Londres et en Espagne, même s’il se rend chaque année au Pérou.

Le Nobel vient donc récompenser l’écrivain et ses travaux de jeunesse plus que l’homme et ses idées affirmées depuis trente ans. Mais si l’engagement politique de Vargas Llosa reste discutable, toute critique à ce sujet mérite du moins aussi d'être relativisée, s’il s’agit de le comparer à Fujimori, parti en fuite en 2000 avant d’être extradé et condamné en 2009 par un tribunal péruvien pour atteinte aux droits de l’homme (en raison des massacres de Barrios Altos en 1991 et de La Cantuta en 1992, et de l’enlèvement de journalistes), et pour corruption. Vargas Llosa fut l'un des rares à tenter de franchir le pas de l'action politique, mais ne quitte pas pour autant les voix à retenir dans ce que la littérature latino-américaine a de plus politique au XXe siècle, aux côtés d’Alejo Carpentier, Octavio Paz, Carlos Fuentes, Guillermo Cabrera Infante ou encore Reinaldo Arenas.

Paix : Liu Xiaobo, la Norvège n’a pas cédé

xiaobo.jpgLes dirigeants chinois ont tenté jusqu’au bout d’empêcher qu’il soit récompensé, mais le dissident chinois Liu Xiaobo est bien le Nobel de la paix 2010, « pour sa lutte longue et non-violente pour les droits fondamentaux de l’homme en Chine ». Ainsi en a décidé le comité Nobel norvégien, institution dont les cinq membres sont nommés par le Parlement d’Oslo. Une décision qui témoigne d’un certain courage, vu de Paris, où ni le chef de l’État, ni le chef de gouvernement n’ont fait la moindre déclaration depuis l’annonce du résultat, le 8 octobre. On se souvient par ailleurs qu’après avoir affiché une attitude très directe sur la question du Tibet, le président français avait finalement cédé aux pressions en se rendant aux Jeux olympiques de Pékin en 2008, et en courtisant le régime chinois jusqu’à se voir accorder un voyage de réconciliation, séance d’humiliation publique vécue en avril dernier.

Connaître le parcours de Liu Xiaobo permet de saisir la portée de la décision du comité, et pourquoi cette récompense était attendue, et même demandée, par exemple par le magazine Foreign Policy qui l'incluait en 2009 dans une liste de grands oubliés du prix Nobel de la paix : un oubli réparé parmi tant d’autres devenus définitifs par la force des choses (la liste incluait entre autres Gandhi et Eleanor Roosevelt), ou  probablement par manque d’actualité (Václav Havel). Diplômé de lettres, professeur de littérature, Liu Xiaobo est aux États-Unis à l’époque des événements de Tienanmen en 1989, et rentre immédiatement à Pékin afin de participer au mouvement. Dès lors, il devient l'infatigable avocat de réformes, en faveur d’élections démocratiques, d’une totale liberté d’expression, et de l’instauration d’un régime transparent répondant au principe de la séparation des pouvoirs. Un engagement qui le mène, il y a deux ans, à participer à la rédaction d’un manifeste, la « Charte 08 », qui s’inspire de l’initiative tchécoslovaque de la « Charte 77 » et réunit plus de 300 intellectuels. C’est à la suite de cette initiative que Lu Xiaobo, qui a déjà purgé trois peines dans les prisons et les camps de travail chinois dans les années 1990, et a vécu le reste du temps, depuis 1989, en résidence surveillée, est de nouveau emprisonné et condamné à onze ans de réclusion, jusqu’en 2020.

Premier récipiendaire du Nobel qui remet en question le régime chinois depuis le Dalaï-lama en 1989, Liu Xiaobo a appris la nouvelle par sa femme Liu Xia, dès dimanche. Une chance que ne connaîtront pas la majorité des Chinois de République populaire, les médias ayant été filtrés dès l’annonce de la décision du comité. Liu Xiaobo a demandé à cette occasion à son épouse de se rendre à la remise de la récompense pour l’accepter en son nom, mais une mesure d’assignation à résidence vient d’être infligée à celle-ci. La Chine a réagi sans surprise : outre les critiques envers la décision norvégienne, des manifestations improvisées en l’honneur de celle-ci ont  par ailleurs été immédiatement réprimées à Pékin. Il faudra donner d’autres tribunes aux dissidents chinois pour faire entendre et respecter leur parole. Liu Xiaobo n’est que l’un d’entre eux : rappelons que Hu Jia, Gao Zhisheng, Zhao Changqing, Li Qingxi et d'autres militants de la démocratie et des droits de l'homme sont toujours privés de leur liberté et de leurs droits par Pékin.

Économie : Peter Diamond, un Nobel trop peu qualifié pour la Fed ?

diamond.jpgCe lundi était annoncé le prix Nobel d'économie (ou « prix de la Banque de Suède »), récompense qui revient en 2010 au trio constitué de Peter A. Diamond, Dale T. Mortensen et Christopher A. Pissarides, pour leurs travaux sur les frictions de recherche sur les marchés, en particulier sur le marché du travail. Une décision à la portée double. Le premier message est direct et fort, en un temps où les taux de chômage dans les pays développés frôlent les 10% (France, États-Unis) ou les dépassent allègrement. Le chômage n'est pas seulement un phénomène volontaire, ou le résultat de l'inadéquation entre offre et demande pour un niveau de salaire donné (le salaire minimum, par exemple). Il résulte également des structures du marché du travail, en particulier des structures liées à la recherche d'emploi (pour le demandeur) et à la recherche de candidats adéquats (pour l'entreprise). Les travaux de Diamond, Mortensen et Pissarides permettent ainsi de mieux comprendre le chômage « frictionnel » et pourquoi il peut varier, et incitent à l'amélioration constante du système d'accompagnement des chômeurs pour rechercher un emploi autant qu'à la réduction des freins à l'embauche : seules de telles politiques, en effet, peuvent compenser la propension des entreprises à détruire des emplois, plus forte que celle les conduisant à embaucher. Mais cela demande évidemment d'autres investissements que la simple fusion ANPE-Assedic, réforme présentée par le ministre de l'économie français Christine Lagarde comme inspirée par les Nobels. Cette dernière fait également une erreur grossière en y mêlant la question de la flexibilité : celle-ci ne peut être conçue que comme une conséquence éventuelle d'un marché du travail plus efficace, non comme une solution par elle-même.

Mais ce prix résonne aussi d'une façon particulière aux États-Unis où Peter Diamond fait l'objet d'une polémique houleuse. Choisi par Barack Obama pour siéger au bureau des gouverneurs de la Fed (la Réserve fédérale), Peter Diamond (qui, à 70 ans, a aussi eu parmi ses étudiants au MIT l'actuel président de la Fed, Ben Bernanke) a vu sa candidature rejetée par le Sénat, sous prétexte qu'il ne serait pas qualifié pour un tel poste. Une opposition purement partisane, menée par le Sénateur républicain de l'Alabama Dick Shelby, alors même que le contexte fait craindre une hausse du chômage structurel. Cette actualité n'a peut-être pas pesé sur la décision de l'Académie royale des sciences de Suède, mais ce Nobel bienvenu devrait aussi peser sur la levée de ce blocage, le choix de Peter Diamond ayant été réitéré par la Maison blanche.

Crédits iconographiques : 1. © Sheikh Hamdan Bin Rashid Al Maktoum Award for Medical Sciences – 2. © Ulla Montan/Norstedts – 3. Domaine public – 4. © MIT.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu