Avertir le modérateur

10/09/2013

PS : la meilleure des droites

livres, parti socialisteIl y a vingt-sept ans, deux intellectuels de gauche signaient un essai à charge contre le gouvernement élu sous l'étiquette du Parti socialiste. La thèse est simple : le Président Mitterrand, ses ministres, les responsables du PS, ne sont plus vraiment à gauche. Il ne sont pas non plus une « fausse gauche », qui gouvernerait sous les simples apparences du socialisme. Ils sont bien plus une vraie droite. La deuxième droite. D'une justesse cinglante, La deuxième droite retrouve toute son actualité sous la triste mandature Hollande.

Fausse gauche ou vraie droite ?

La critique de gauche du gouvernement actuel n'a pas attendu cette fois. Elle s'est exprimée dès la fin de 2012 et a donné lieu, d'ores et déjà, à diverses publications (L'étrange capitulation de Laurent Mauduit est la plus exposée) et à une floraison de sites parfois très précis. Il faut avouer que le Président Hollande et son équipe n'ont pas cherché un instant à dissimuler leurs intentions, une fois le pouvoir conquis.

Il est particulièrement intéressant au regard de l'interminable litanie des déceptions et des reniements de retrouver La deuxième droite grâce aux éditions Agone, maison marseillaise inscrite dans le sillage de la revue du même nom, et à laquelle on doit entre autre nombre de rééditions cruciales. Publié pour la première fois en 1986, l'ouvrage de Jean-Pierre Garnier et Louis Janover apporte un regard différent sur ce débat qui a le défaut de facilement tourner en rond à partir du moment où l'on s'en tient à distinguer une « vraie » gauche qui ne pourrait gouverner et une « fausse » gauche qui trahirait son électorat.

Lire la suite

08:35 Publié dans Politique française, Vie de l'esprit | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livres, parti socialiste |

03/09/2013

Intolérable, 40 ans après

prison, livresCes dernières semaines, les prisons s'embrasent de nouveau.

La Brèche s'était consacrée il y a maintenant plus de trois ans à la question carcérale, d'une urgence impérieuse, l'état des prisons françaises demeurant une tache indigne de toute démocratie.

À l'heure où la réforme pénale provoque les hésitations d'un gouvernement décidément bien timide quant aux fondamentaux de la gauche, Verticales réédite les précieux textes des cinq brochures Intolérable publiées par le Groupe d'information sur les prisons (GIP) de Foucault, Defert, Domenach, Vidal-Naquet et Deleuze. Dans le même temps, les éditions du Point du jour (Cherbourg) publient un recueil consacré à la révolte de la prison de Nancy en 1972, avec de nombreux documents du GIP à l'appui.

Une enquête modèle

Quarante ans plus tard, les brochures d'Intolérable, devenues des essentielles dans l'imaginaire post-68, mais que l'on n'a plus tellement l'habitude de feuilleter, se révèlent au premier abord comme une somme documentaire incomparable, un travail d'information d'une qualité rare, du moins au regard des standards actuels. Il est vrai que la presse ne parle plsu guère aujourd'hui de prison qu'en reprenant les informations et chiffres officiels et, dans le meilleur des cas, les données communiquées par des ONG comme Amnesty International (et elles-mêmes souvent contestables ou incomplètes).

Lire la suite

08:36 Publié dans Question sociale, Vie de l'esprit | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prison, livres |

21/05/2013

La protection sociale appartient-elle au passé ?

robert castel, nicolas duvoux, protection sociale, rsa, précaritéNous en avions brièvement parlé à l'occasion de la mort de Robert Castel. Paru il y a quelques mois, L'avenir de la solidarité est un petit recueil efficace et d'une actualité évidente à l'heure où le gouvernement français agite de menaçantes « réformes de compétitivité ».

Droits sociaux, devoir de solidarité ?

Les articles réunis dans ce petit recueil se positionnent clairement à la frontière entre sociologie, économie et politique. Et tous se placent dans la lignée des pages introductives de Robert Castel défendant la protection sociale comme droit, à l'heure où elle est attaquée par la mentalité de l'anti-assistanat, du workfare et de « l'activation » des droits, dont les conséquences sont la remise en question des transferts sociaux et la constitution d'une classe pauvre et laborieuse, dont l'expérience est faite d'allers-retours entre chômage et travail précaire, sans espoir d'issue.

Les constats ici effectués, et souvent centrés sur le RSA et sa mise en place en remplacement du RMI, sont d'une actualité cruelle, et auraient pu être étendu à d'autres expériences (comme les réformes Hartz en Allemagne), pour en renforcer les conclusions. Mais l'affirmation de la protection sociale comme droit ne suffit pas, si la conscience n'est pas entretenue que ce droit correspond aussi à un devoir de la communauté vis-à-vis des plus fragiles, des moins chanceux, cette « conception Républicaine de la pauvreté » défendue par Castel, et qui implique avant tout de combattre la pauvreté laborieuse, et non de prétendre offrir aux pauvres une dignité en les forçant à travailler à n'importe quel prix.

Lire la suite

08/05/2013

La France et la reproduction sociale : une société immobile ?

livres,camille peugny

Après le vif succès du Déclassement en 2009, Camille Peugny choisit dans Le destin au berceau de remettre sur le métier un thème abondamment traité mais finalement rarement actualisé : la question de la reproduction sociale et, surtout, de sa persistance voire de son renforcement dans les décennies récentes.

La fausse mobilité sociale française

Tout le monde ou presque connaît, a entendu citer, a lu, les ouvrages certes majeurs de Bourdieu et Passeron, Les héritiers (1964) et La reproduction (1970), classiques sociologiques hélas trahis par leur âge, et qui ont contribué à donner au thème de la reproduction sociale en France un caractère presque poussiéreux, décidément soixante-huitard. Aussi croit-on et dit-on que les hypothétiques Trente glorieuses de Fourastié auraient atténué le phénomène de reproduction. Comme la société américaine, qui derrière le mythe du self made man est l'une des plus figées parmi les pays occidentaux (voir ici et ), la société française continue de reproduire les inégalités, de génération en génération. Sept enfants d'ouvrier sur dix exercent eux-mêmes des emplois d'exécution, une proportion qui a très peu évolué depuis trente ans.

Lire la suite

03/05/2013

Des complots partout !

Deux ouvrages récents s’efforcent de comprendre et d’analyser la floraison contemporaine des théories du complot et le renouveau d’un imaginaire conspirationniste, héritier direct de la première moitié du XXe siècle. Comment la « société de la connaissance » peut-elle céder aux chimères les plus absurdes ?

conspirationnisme,pierre-andré taguieff,gérald bronnerUne épidémie conspirationniste

C'est devenu une règle: il n’est quasiment plus un événement significatif qui ne donne aujourd’hui naissance à diverses théories fumeuses. Et plus l’événement est grave, plus les théories sont élaborées, plus les complots supposés voient eux-mêmes leur envergure s’étendre. Récemment, les attentats de Boston en furent de nouveau l’exemple : dans les heures qui suivirent, et alors que les suspects étaient encore recherchés, les théories du complot apparaissaient déjà, soulignant de supposées incohérences de la « version officielle » (expression qui laisse à elle seule toujours supposer une version plus sincère) et faisant l'hypothèse de différents degrés de culpabilité des services secrets et du gouvernement américain.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu